Concours

Création d’un concours en développement durable à l’échelle de la francophonie

Architecture et territoire

Les Prix de la Francophonie pour le développement durable

La Francophonie rassemble des espaces géographiques et des économies très variés. Tandis qu’au nord les pays font face à un vieillissement de leurs populations, ceux du sud, notamment en Afrique, sont entrés dans une phase d’émergence économique, grâce notamment à leur dynamisme démographique. Cet ensemble contrasté en termes d’écosystème et de développement présente à la fois des disparités à atténuer mais aussi une diversité et des richesses permettant l’échange d’expertises.

Organisation internationale de la francophonie, Programmation 2015-2018, Objectif stratégique 7, Paris, septembre 2015, p. 45.

Participer au concours dès maintenant

Promoteur et finalité du concours

Promoteur

Bien établi depuis plus d’une décennie, le magazine FORMES s’est donné pour mission de faire rayonner les approches réfléchies et durables appliquées aux domaines de la construction et de l’aménagement du territoire d’ici et d’ailleurs.  Ses collaborateurs, nationaux ou étrangers, proviennent de tous horizons : recherche de pointe, enseignement, centres d’excellence, associations professionnelles… Il en résulte un produit multidisciplinaire et multisectoriel où le maillage des compétences permet d’établir des liens prometteurs entre la recherche, l’action, la formation et la diffusion des connaissances.

Les défis humanitaires actuels sont sans précédent : réduction de l’empreinte carbone; hétérogénéité du développement; pauvreté; phénomènes migratoires; accélération de l’urbanisation; rareté et coût élevé des ressources…  Devant l’ampleur de la situation, FORMES réaffirme non seulement son positionnement à l’international mais il entend l’élargir à l’ensemble des pays francophones.  La création d’un concours international vient marquer cette évolution, mais aussi et surtout témoigner de l’importance de concilier «croissance économique», «lutte contre les inégalités» et «préservation du patrimoine environnemental», trois dimensions qui constituent le cœur de la Stratégie économique pour la Francophonie adoptée au Sommet de Dakar en 2014.

Finalité

Parmi les avenues de la lutte contre les changements climatique, la réduction des émissions des GES et l’adaptation de la société pour faire face au dérèglement du climat obligent de nombreux secteurs d’activité à revoir leur pratique de fond en comble. Heureusement, dans le domaine de la construction et de l’aménagement du territoire, responsable d’une quantité importante d’émissions, toutes sortes d’initiatives voient le jour.

Par le présent concours, le promoteur veut faire connaître ces exemples de pratiques exemplaires afin que cela profite au plus grand nombre. La Francophonie, en tant qu’espace pluriel favorisant l’échange d’expériences et le dialogue entre les cultures, la Francophonie devient un instrument de développement social et d’accès à la modernité. 

Mis au service de la diversité des interventions de consolidation du patrimoine bâti et de développement des milieux de vie durables et viables, les prix de la Francophonie en architecture, territoire et développement durable se veulent une source d’inspiration propice à l’émergence de projets innovants qui au final façonneront, grâce aux meilleurs standards de pratique, la manière dont les générations futures vivront demain.

Objectifs

Dans un contexte où les déséquilibres persistent, il y a lieu de miser sur un espace de coopération et de solidarité pour se construire et se développer socialement.  C’est pourquoi le présent concours d’architecture, première initiative du genre à l’échelle mondiale, veut élargir les horizons de la création et de la conception en faisant appel aux architectes et équipes pluridisciplinaires de toute la Francophonie.  

Plus spécifiquement le présent appel de candidature poursuit la mise en valeur d’initiatives axées sur :

  • L’amélioration de l’habitat et du bien-être des populations.
  • L’innovation.
  • La qualité du lien entre la proposition et l’espace bioclimatique.
  • L’insertion harmonieuse dans le milieu d’accueil, du point de vue social, culturel et bâti.
  • La sobriété et l’économie de moyens liés aux domaines de l’eau, de l’énergie et de l’environnement dans une perspective de développement durable.
  • L’écoresponsabilité. Le respect de la capacité de production des ressources mondiales. L’optimisation des ressources locales, humaines et naturelles. La traçabilité des matériaux. La favorisation des matériaux biosourcés et d’origine renouvelable.
  • La limitation de l’empreinte environnementale du projet pendant la construction, son utilisation et sa fin de vie.
  • L’accessibilité sociale et l’appropriation du projet par les utilisateurs.
  • La continuité des pratiques de construction ayant démontrées des résultats positifs.
  • La pérennité et la durabilité; la prise en compte de la vulnérabilité des structures aux événements et changements climatiques.
  • La mise en valeur des régions francophones et la favorisation des échanges entre elles. La circulation des savoirs aux fins du renforcement des capacités.
  • Le respect et la conservation de la biodiversité.

Admissibilité

Conditions générales

Le concours est public.  Il s’agit d’un concours de projets « réalisés », ouvert aux architectes, urbanistes, entrepreneurs, équipes multidisciplinaires, ainsi qu’aux municipalités, organismes, coopératives, associations professionnelles, regroupements, ONG, milieux académiques, opérés à des fins lucratives ou non, qui ont leur principal établissement dans un pays francophone.

Exclusions

Ne sont pas admissibles au concours les membres du jury et de l’équipe organisatrice.

Présentation de la demande

L'annonce du présent concours sera communiquée par le promoteur à tous les partenaires associés, à qui il sera demandé de la publier dans les journaux et revues techniques ou de la diffuser par tout autre moyen à leur disposition selon un échéancier prédéfini, afin que les intéressés puissent en obtenir le règlement et le programme en temps voulu.

Toute soumission de candidature est produite en ligne, à l’aide du formulaire prévu à cet effet, et acheminée au magazine FORMES.  Le dépôt du dossier doit se faire au plus tard le 2 novembre 2018.

Les documents du concours seront disponibles en consultant le site Web formes.ca, responsable par téléphone au 514-256-1230.

Le dossier de candidature doit inclure les éléments suivants :

  • une description du projet précisant :
    • ses objectifs
    • son contenu
    • sa pertinence et sa cohérence en regard des objectifs du programme
    • les dates de sa réalisation
    • ses retombées
  • l’identification des partenaires associés au projet de même que la description de leurs contributions (les contributions en biens et en services sont évaluées et comptabilisées).
  • une présentation de l’équipe de réalisation du projet, précisant l’expérience et les compétences de ses membres.

La date limite pour présenter un dossier est fixée au 2 novembre 2018.

La langue de présentation du dossier est le français.

Évaluation

Critères généraux

Les réalisations retenues seront présentées et jugées anonymement. Chaque dossier soumis dans le cadre du présent concours devra se rapporter à l’un des secteurs d’intervention suivants : «Territoire», «Bâtiment», «Éducation / Sensibilisation», «Écomatériaux», «Relève», «Prix spécial du jury». Il sera de plus évalué en fonction de sa concordance avec les objectifs du concours.

Critères spécifiques

De façon plus spécifique, l’évaluation des dossiers portera sur les indicateurs de résultats suivants :

  • économie de moyens ;
  • diversité des sources de financement ;
  • approches responsables et viables ;
  • excellence architecturale ;
  • apport et effet structurant du projet au regard du secteur d’intervention touché ;
  • partenariat et engagement du milieu ;
  • transmission de savoirs.

La présence de ces indicateurs de résultat permettra de comparer entre elles les réalisations soumises au processus de sélection.

Attribution des prix

Le concours est pluridisciplinaire. Les prix sont regroupés suivant six catégories.

1. La catégorie «Territoire»

Cette catégorie regroupe trois prix :

1.1. Enjeu urbain

  • Limitation de l’étalement urbain et gestion des déplacements individuels (voitures, transports en commun, covoiturages, pollution atmosphérique);
  • Respect de la trame historique et du tissu social existant;
  • Limitation du potentiel de nouvelles constructions à l’intérieur de l’empreinte actuelle des villes (densification harmonieuse);
  • Prise en compte de l’augmentation majeure des populations urbaines dans les prochaines décennies et des conséquences liées à ce phénomène (social, économique, culturel, communautaire);
  • Reconstitution et prise en compte des friches urbaines;
  • Planification de l’occupation des sols à petite et à grande échelle;
  • Prise en compte de l’augmentation des volumes d’ordures ménagères dans la planification du ramassage, du triage et du recyclage municipal.

1.2. Enjeu rural

  • Préservation et maximisation des terres agricoles;
  • Prévention de la désertification par la surexploitation des sols;
  • Liaison harmonieuse aux espaces urbains environnants et gestion des déplacements individuels;
  • Amélioration de la vitalité des villages et des services offerts aux résidents;
  • Promotion d’alternatives aux systèmes de productivité en place;
  • Respect de la géographie et des conditions physiques des espaces;
  • Conservation des paysages.

1.3. Enjeu eau

  • Gestion saine des eaux potables et usées;
  • Protection des bassins versants et limitation de l’activité humaine dans les secteurs sensibles;
  • Limitation de l’enfouissement sanitaire à l’extérieur des zones urbaines et agricoles et décontamination des milieux pollués;
  • Planification des besoins futurs en eau potable des villes en augmentation démographique;

2. La catégorie «Bâtiment»

Cette catégorie regroupe quatre prix :

2.1. Construction résidentielle

2.2. Construction commerciale

2.3. Construction institutionnelle

2.4. Construction industrielle

Critères :

  • Qualité du projet dans son ensemble;
  • Fonctionnalité;
  • Accessibilité physique et sociale;
  • Sobriété et économie de moyens;
  • Limitation de l’empreinte environnementale.

Note : 

La démonstration de projets de type «Zéro carbone» et/ou dont l’analyse de cycle de vie démontre le faible impact sur le milieu sera considérée dans l’analyse des candidatures soumises.

3. La catégorie «Éducation / Sensibilisation»

Ce prix honore une personnalité, un organisme ou une municipalité francophone qui s’est distingué par sa vision, son leadership et ses réalisations dans le domaine bâti. Il récompense les initiatives ayant eu des répercussions et des influences positives envers les citoyens et les professionnels devant composer avec les nombreux défis du milieu de l’architecture et de l’urbanisme.

4. La catégorie «Écomatériaux»

Critères :

  • Mise en place de matériaux biosourcés/régénerables, participant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, incluant leur pourcentage et/ou leur nombre de kg/m² dans l’ensemble de la construction; intégration efficace dans le projet.
  • Intégration de matériaux à impacts environnementaux faibles tel que la terre crue;
  • Utilisation de produits fabriqués à partir de matériaux recyclés;
  • Favorisation de produits locaux (filière courte);
  • Tracabilité;
  • Reproductibilité.

Note :

Une matière biosourcée est une matière issue de la biomasse végétale ou animale pouvant être utilisée comme matière première dans les produits de construction. Il s'agit par exemple du bois et de ses dérivés, du chanvre, de la paille, de la plume ou de la laine de mouton.

5. La catégorie «Relève»

La catégorie « Relève » soulignera une initiative, un projet conceptuel réalisé par la jeunesse francophone dans les domaines de l’architecture et du territoire.

6. La catégorie «Prix spécial du jury»

Le jury se réserve l’opportunité de désigner un projet dont les qualités n’ont pas été soulignés dans l’une ou l’autre des catégories. Une mention spéciale viendra témoigner de l’appréciation du jury à cet égard.

Le jury 

Le jury est indépendant. Il se compose de dix experts internationaux, soit :

Représentant de l’Institut de la francophonie pour le développement durable

Dr Luc Vescovi, Secrétariat international de l’eau

Manon Auffray de L’Étang, administratrice de programmes, Organisation des villes du patrimoine mondial

Guillaume Loizeau, directeur, Mondial du bâtiment

André Bourassa, architecte, Bourassa Maillé

Antoine Pagnoux, architecte, ASP Architecture, France

Pierre Vincent, ingénieur, Terranergie, France

Serge Filion, urbaniste

Dr Moussa Dembele, École africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme

Narcisse Justin Soglo, président de l’Ordre national des architectes et des urbanistes du Bénin

Étapes de la compétition

La première étape du concours consiste à lancer un appel de candidatures à l’échelle internationale. Le choix du finaliste retenu s’effectue sur la base de l’évaluation des dossiers reçus. La seconde étape consiste à permettre aux finalistes de soumettre leur projet au jury international.

Le dépôt du dossier de candidature doit se faire au plus tard le 2 novembre 2018.

Cérémonie de remise de prix aura lieu en 2019, date à confirmer.

Partenaires du projet

FORMES

Depuis la fondation du magazine en 2004, FORMES repousse les frontières de l’information, explore les univers du cadre bâti d’ici et d’ailleurs. Publication indépendante et novatrice, elle met de l’avant les bonnes pratiques dans les domaines de l’architecture, du territoire, de l’objet, des matériaux et de l’environnement. FORMES s’adresse à l’ensemble des professionnels et décideurs qui participent à la conception, à la réalisation, à l’aménagement et à la gestion du bâtiment et du territoire. Ses collaborateurs, nationaux ou étrangers, proviennent de tous horizons : recherche de pointe, enseignement, centres d’excellence, associations professionnelles. Il en résulte un produit multidisciplinaire et multisectoriel où le maillage des compétences permet d’établir des liens prometteurs entre la recherche, l’action, la formation et la diffusion des connaissances. FORMES est un acteur actif dans les discussions avec les différents concepteurs ainsi qu’un influenceur afin d’améliorer les bonnes pratiques et de faire rayonner les approches réfléchies et durables.

Institut de la Francophone pour le développement durable (IFDD)

L’IFDD joue un rôle de catalyseur pour le développement durable au sein de la francophonie. Organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l'Institut a pour mission de contribuer au renforcement des capacités nationales et au développement de partenariats dans ses domaines de compétence. Il vise à promouvoir le développement durable dans les différents secteurs de développement économique et social, notamment l’environnement et l’énergie, dans l’espace francophone. S’appuyant sur les cadres institutionnels et juridiques liés à la promotion d'une économie verte et de villes durables, l’organisme dispense de la formation; il effectue de la mise en réseau, de la collecte et de la diffusion d’information pour la communauté francophone mondiale; il accompagne aussi des pays en développement membres de la Francophonie dans la mise en oeuvre de projets pilotes.

Secrétariat international de l’eau / Solidarité Eau Europe

Le Secrétariat international de l’eau (SIE) et Solidarité Eau Europe (SEE) rassemblent les citoyens et les organisations engagés et actifs pour la cause de l’eau. Leur engagement est de veiller à l’application des textes fondateurs du mouvement (Charte de Montréal et Déclaration de Strasbourg) visant l’accès de tous à l’eau potable et à l’assainissement. Le SIE est basé à Montréal, au Canada, et SEE est basée à Strasbourg, en France. Misant sur l’évolution des savoirs, sur le développement de partenariats innovants et sur la créativité, le SIE-SEE développe des initiatives qui garantissent le droit à l’eau et donc l’accès universel à l’eau et à l’assainissement, tout en préservant la ressource. Les actions du mouvement SIE-SEE se déroulent plus particulièrement en milieu rural, dans les petites collectivités et en zones périurbaines. Elles contribuent à la mise en œuvre de la gestion intégrée de la ressource, avec pour cadre de référence les bassins hydrographiques.

Organisation des villes du patrimoine mondial

L'Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM) rejoint 280 villes ayant sur leur territoire un site inscrit par l'UNESCO sur la Liste du patrimoine mondial. Les objectifs principaux de l'Organisation visent à favoriser la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial, à encourager la coopération et l'échange d'information et d'expertise ayant trait à la conservation et à la gestion du patrimoine et à développer un sens de la solidarité parmi ses villes membres. À cet égard, l'OVPM organise plusieurs rencontres : congrès mondiaux, conférences, séminaires et ateliers de formation portant sur les défis à relever en matière de gestion ainsi que sur les stratégies de mise en valeur et de conservation des ensembles historiques. De plus, l’OVPM propose à ces villes membres plusieurs programmes et projets visant à promouvoir et encourager la maintenance, reconnaissance et mise en valeur de leur patrimoine mondial.

Association internationale des maires francophones

L’Association internationale des maires francophones (AIMF) est le réseau mondial des élus locaux francophones. Ensemble, ils nourrissent la vision d’une ville de demain porteuse d’une croissance durable et partagée, qui place l’homme au cœur du projet urbain. Pour atteindre cette ambition, ils se mobilisent en faveur de l’autonomie administrative et financière des collectivités locales et agissent pour développer des projets de société, pour favoriser le vivre-ensemble, pour faire de l’innovation sociale le ressort d’un développement durable de leurs territoires. Ils développement une nouvelle forme de coopération qui combine une réflexion commune au plus haut niveau et une action de terrain qui donne la priorité à l’innovation et à l’expertise locale. L’AIMF est l’expression de la solidarité très concrète qui unit ses membres pour construire les villes de demain. Réflexions et actions de terrain sont les piliers de l’AIMF.

MRC des Sources

Les municipalités régionales de comté (MRC) ont été créées au début des années 1980 avec pour objectif d’assurer un développement harmonieux et cohérent du territoire québécois. La MRC des Sources, première MRC à s’être dotée d’un Agenda 21 au Québec, compte sept municipalités de la région de l’Estrie. Cette organisation a fait de la filière des écomatériaux l’une des pierres angulaires de son développement, tant pour ses retombées économiques positives que pour ses avantages dans la protection de l’environnement et la lutte aux changements climatiques. Elle a d’ailleurs initié, en 2015, le Rendez-vous des écomatériaux, un événement franco-québécois permettant d’échanger sur les pratiques et les innovations en matière de construction durable, d’écoconstruction et d’écomatériaux. Les matériaux biosourcés et la valorisation des matières résiduelles sont au cœur de ce colloque.

Le Mondial du bâtiment – Partenaire salon

Tous les deux ans, année impaire, à Paris, le Mondial du Bâtiment, événement international de référence des secteurs du bâtiment et de la construction, présente à travers les salons BATIMAT, INTERCLIMA+ELEC et IDÉOBAIN, les matériaux et les solutions des bâtiments d’aujourd’hui et de demain. Au sein de neuf halls, et occupant la totalité du parc des Expositions de Paris Nord Villepinte, le Mondial du Bâtiment confirme sa position d’événement leader et référent, favorisant les synergies entre les différentes professions et positionnant l’innovation comme fer de lance du secteur. Reflet et révélateur des tendances du secteur, le Mondial du Bâtiment s’affirme comme le rendez-vous capital de l’innovation, valorisant les toutes dernières solutions et technologies disponibles. Pendant 5 jours, 338 110 décideurs et metteurs en œuvre s’y retrouvent pour acheter, s’inspirer et référencer les innovations comme les incontournables. Les matériaux, les technologies, les outils et les solutions exposés visent l’excellence : performance énergétique, confort, économies, solutions numériques… La formation, les démonstrations et le partage d’expériences sont au cœur de l’événement et accessibles à tous pour contribuer au développement de l’ensemble des acteurs.

Comité technique

Claude Paquin, éditeur, magazine FORMES
Jennifer Tardif, architecte, conseillère professionnelle
André Bourassa, architecte, Bourassa Maillé
Serge Filion, urbaniste
Dr Luc Vescovi, Secrétariat international de l’eau
Manon Auffrey de L’Étang, Organisation des villes du patrimoine mondial

Ici l’avenir ce construit

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte