Isolant de mousse plastique en panneau Source: Owens Corning Canada

Une meilleure isolation et une étanchéité à l’air améliorée constituent un moyen efficace de réduire les pertes de chaleur tout en assurant le confort des occupants.

Alors que les codes provinciaux de l’énergie exigent des niveaux d’isolation plus élevés dans les maisons neuves, les constructeurs doivent relever le défi que constitue la construction de systèmes muraux à haute performance qui sont efficaces par rapport au coût, faciles à bâtir et sans conséquence cachée. Une meilleure isolation et une étanchéité à l’air améliorée constituent un moyen efficace de réduire les pertes de chaleur tout en assurant le confort des occupants.

Combiner des isolants

Pour y parvenir, les constructeurs peuvent installer un isolant haute performance en matelas (R-19, R-22 ou R-24) dans les cavités murales revêtues de panneaux classiques (panneau OSB ou contreplaqué). Une autre solution consiste à combiner un isolant de mousse plastique en panneau et un isolant haute performance en matelas. Une réduction importante des pertes de chaleur causées par des ponts thermiques est l’un des principaux avantages de l’isolant de mousse plastique en panneau (installé par-dessus des panneaux en bois ou directement sur les montants de bois).

Dans une maison type à deux étages, la charpente en bois des murs extérieurs représente environ 16 à 20 % de la superficie murale, et elle est mal isolée. La pose d’un isolant de mousse plastique en panneau sur le côté extérieur résout le problème de ponts thermiques et réduit les pertes de chaleur à travers la structure. Cela minimise également le risque de condensation en réchauffant la cavité.

Étude du CNRC

Certains constructeurs craignent qu’un pare-vapeur double ne se forme si un isolant de mousse plastique en panneau est posé du côté extérieur en combinaison avec un pare-vapeur de polyéthylène de 6 mils posé du côté intérieur. Une étude menée par le Conseil national de recherches du Canada (Report on Properties and Position of Materials in the Building Envelope for Housing and Small Buildings, n° A1-004615, décembre 2014) a évalué le risque de condensation de l’humidité dans les assemblages muraux dont les murs extérieurs sont revêtus d’un isolant de mousse plastique en panneau, comparativement aux assemblages muraux de référence dont les murs extérieurs sont revêtus de panneaux OSB. Les isolants installés dans la cavité formée par les poteaux d’ossature étaient des isolants de type fibreux en matelas (R-19 et R-24).

L’étude a aussi porté sur l’isolant de mousse plastique en panneau installé sur le côté extérieur des panneaux OSB ou posé directement sur la face extérieure de l’ossature en bois. Les valeurs R des isolants de mousse plastique en panneau posés sur les murs extérieurs étaient de R-4, R-5 et R-6, et la perméance à la vapeur d’eau des isolants couvrait une vaste gamme de valeurs allant de 2 (très faible) à 1 800 (très élevée) ng/(Pa.s.m2).

Risque de condensation

Les principales observations sont notamment les suivantes : le risque de condensation de l’humidité dans les murs est moins élevé avec un isolant fibreux en matelas R-19, comparativement à R-24 installé dans la cavité murale. Cela s’explique par le fait que la température de la face intérieure des panneaux (panneaux OSB ou isolant de mousse plastique en panneau) posés sur les murs extérieurs est plus froide avec un isolant en matelas R-24. Installer un isolant sur les murs extérieurs en combinaison avec un isolant R-19 en matelas est donc un bon choix.

Tous les systèmes muraux intégrant un isolant de mousse plastique en panneau, avec ou sans couche intermédiaire de panneaux OSB, entraînent un risque de condensation de l’humidité moins élevé que les systèmes muraux de référence revêtus uniquement de panneaux OSB sans isolant posé sur les murs extérieurs. Les murs revêtus d’un isolant de mousse plastique en panneau installé par-dessus les panneaux OSB ont affiché un risque de condensation de l’humidité légèrement inférieur que les murs sans couche intermédiaire de panneaux OSB. Pour les régions où le temps est froid et sec (comme Ottawa, par exemple), le risque de condensation était faible, peu importe que des panneaux OSB aient été utilisés ou non comme couche intermédiaire, et peu importe la perméance à la vapeur d’eau de l’isolant de mousse plastique en panneau.

Schéma de la configuration de l’assemblage mural montrant les différentes couches de composants et la trajectoire présumée de l’air à travers l’assemblage. L’assemblage mural inclut un parement installé sur les murs extérieurs de la charpente.
Source : Owens Corning
 

Pour les régions où le temps est plus froid et plus sec (comme Edmonton, par exemple), le risque de condensation était faible pour les murs revêtus de panneaux OSB et d’un isolant en panneau, peu importe la perméance à la vapeur d’eau de l’isolant de mousse plastique en panneau. Les murs sans couche intermédiaire de panneaux OSB ont affiché un risque de condensation légèrement inférieur avec un isolant en panneau plus perméable à la vapeur d’eau. Par contre, tous ceux de la gamme de perméance à la vapeur d’eau qui ont été évalués ont mieux performé que les murs de référence revêtus uniquement de panneaux OSB.

Pour les régions côtières où le temps est doux et humide (comme Vancouver et St. John’s, par exemple), le risque de condensation dans les murs avec et sans couche intermédiaire de panneaux OSB s’intensifie au fur et à mesure que la perméance à la vapeur d’eau de l’isolant de mousse plastique en panneau augmente. Dans un tel cas, la pression de vapeur d’eau extérieure (l’humidité) pousse la vapeur d’eau dans la cavité murale. Un isolant de mousse plastique en panneau moins perméable à la vapeur d’eau réduira le risque de condensation dans les murs.

Cette étude a permis de démontrer que la pose d’un isolant en panneau sur les murs extérieurs minimise le risque de condensation dans les assemblages de murs extérieurs. Par conséquent, la section 9.25.5 du Code national du bâtiment édition 2015, « Propriétés et emplacement des matériaux dans l’enveloppe du bâtiment », sera modifiée pour tenir compte de l’avantage lié à la pose d’un isolant sur les murs extérieurs.

Cette étude montre clairement que les craintes liées à un pare-vapeur double sont non fondées dans la plupart des régions du Canada – même lorsqu’un isolant en panneau à faible perméance à la vapeur d’eau est posé sur les murs extérieurs – pourvu que l’isolant ait une résistance thermique d’au moins R-4. Les constructeurs qui installent des panneaux OSB comme revêtement de charpente peuvent être assurés que la pose d’un isolant de mousse plastique en panneau sur le côté extérieur d’un assemblage mural n’entraîne pas un risque de condensation plus élevé ; en fait, le risque est réduit. Un isolant en panneau posé sur les murs extérieurs aide à garder les cavités murales et les surfaces critiques plus chaudes, réduisant ainsi le risque de condensation. De plus, cela contribue aussi à rendre les maisons plus écoénergétiques, à accroître la durabilité et à améliorer le confort des occupants.

Salvatore Ciarlo, ing., directeur national du service des codes et normes et des services techniques chez Owens Corning Canada, siège sur plusieurs comités de codes provinciaux et nationaux. Titulaire d’un baccalauréat en génie civil spécialisé en science du bâtiment ainsi que d’un diplôme professionnel en technologie de l’architecture, il compte vingt-trois ans d’expérience dans l’industrie des matériaux de construction. On peut le joindre à l’adresse suivante : salvatore.ciarlo@owenscorning.com.

Articles récents

Béton avaleur de smog

Béton avaleur de smog

Les villes sont perçues comme les pôles de convergence des exactions humaines à l’égard de l’environnement. Mais les ciments photocatalytiques pourraient venir blanchir cette mauvaise réputation.


Lire la suite
Des matériaux qui ont de la fibre

Des matériaux qui ont de la fibre

Au Département de génie civil de l’Université de Sherbrooke, des chercheurs travaillent sur la carotte et sur le lin  !


Lire la suite
L’acier et le renouveau du Vieux-Montréal au XIXe siècle

L’acier et le renouveau du Vieux-Montréal au XIXe siècle

D’abord caché, plutôt apparent aujourd’hui, s’intégrant facilement à toutes les configurations, l’acier est indissociable de l’architecture montréalaise, et ce, depuis plus de cent cinquante ans.


Lire la suite

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte