L’architecture et la ville – Regards des photographes Gurliat et Béchet Immeuble plat et moment du quotidien de Corbeil-Essonnes. – Photos : Jean-Baptiste Gurliat et Jean-Christophe Béchet

Il existe peu de ces photographes d’architecture dont le travail donne une nouvelle dimension à la ville et au territoire. Cette discipline requiert une réflexion architecturale et urbanistique de laquelle doit naître une photo illustrant un propos. Dans le cadre de Regards sur l’architecture et la ville, les photographes Jean-Baptiste Gurliat et Jean-Christophe Béchet ont été invités à présenter leurs travaux à la Cité de l’architecture et du patrimoine du palais de Chaillot à Paris. Nous les avons rencontrés, ainsi que l’organisatrice de l’événement, Aude Mathé.

Échanges de paroles et de regards

Aude Mathé, responsable du programme Photographie et vidéo de la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris, tisse des liens entre les photographes d’architecture en demandant à chacun quelle est leur intention lorsqu’ils se placent derrière leur appareil. Elle les invite en quelque sorte à justifier leur parti pris, ce qui favorise les échanges, créant des moments intellectuels bouillonnants. 

Deux voies lui ont permis de provoquer une rencontre entre ces expressions photographiques : le concours de photographie Archifoto et le Festival L’Oeil urbain. Le premier, qui a lieu à Strasbourg, laisse carte blanche aux photographes participants. Et L’Oeil urbain est une galerie photographique de la ville de Corbeil-Essonnes qui propose chaque année un festival autour d’un thème particulier et acquiert et expose les photos des participants au fil des ans.

Jean-Baptiste Gurliat : capter l’inédit parisien

Piles et structures sous les ponts de Paris. – Photos : Jean-Baptiste Gurliat/Ville de Paris

Jean-Baptiste Gurliat est photographe pour la Ville de Paris. Avec une équipe de cinq collègues, il doit mettre en valeur les projets municipaux. Le travail de tous s’inscrit dans l’esprit de celui du photographe Marville (voir FORMES, vol. 15, no 2), qui avait pour mission de faire valoir la transformation du tissu urbain parisien avant, pendant et après les travaux haussmanniens de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Les photos illustrant les bâtiments haussmanniens très élancés (Les immeubles plats) et les piles et structures sous les ponts de Paris résultent d’un travail entrepris avec les autres photographes de la mairie de Paris. – Photos : Jean-Baptiste Gurliat/Ville de Paris

Lui et son équipe de photographes contemporains témoignent, quant à eux, de la modernisation de Paris et assistent à celle du Grand Paris du XXIe siècle. Leurs choix photographiques ne sont pas seulement architecturaux, puisqu’ils doivent de surcroît documenter les divers événements sociaux, culturels et politiques auxquels la Ville de Paris contribue. En plus de ce travail officiel, l’équipe a créé un collectif permettant aux photographes de s’exprimer au gré de leur créativité. Le lien vers le site du collectif des cinq photographes est disponible sur celui de la Ville de Paris. Une série de treize photos en marge de l’aspect professionnel est publiée tous les quinze jours, par exemple l’un sur le métro et autre sur les ponts ou encore les immeubles plats.

La série de photos « Modules » illustre des bâtiments de chantier dans Paris que Jean-Baptiste Gurliat photographie à titre individuel. – Photo : Jean-Baptiste Gurliat

 

Jean-Christophe Béchet ou la photographie d’un patrimoine meurtri

Jean-Christophe Béchet fut photographe en résidence à la Ville de Corbeil-Essonnes dans le cadre du Festival L’Oeil urbain pendant un an. Pour lui, photographier la petite ville de 30 000 habitants (située à 50 km au sud-est de Paris, en bordure de Seine) était une façon de signaler l’urgence d’un patrimoine en danger ou menacé de disparition. En effet, habitué aux clichés de grandes cités comme New York ou Berlin, il s’est cette fois penché avec attention sur une ville dont le patrimoine industriel est très riche.

Pour son travail en résidence dans le cadre du Festival L’Oeil urbain à Corbeil-Essonnes, Jean-Christophe Béchet s’exprime ainsi : « Mes photos sont la chronique d’une année d’observation. À Corbeil-Essonnes, j’ai travaillé à la fois comme photographe de rue et écrivain visuel, arpentant les trottoirs de six heures du matin au crépuscule. Loin des faits divers et des soubresauts de l’actualité, j’ai photographié dans ce temps long qui, seul, permet de saisir les petites traces fugaces du quotidien et d’en faire un récit sincère. » – Photos : Jean-Christophe Béchet

Corbeil-Essonnes, qui bénéficie de la présence de la Seine tout en étant près des grandes régions agricoles de la Beauce et de Brie et aux portes de la capitale, comptait de nombreux moulins depuis le XIIe siècle. Aujourd’hui, ne reste que les « Grands Moulins de Corbeil », une minoterie datant de 1893 et photographiée par Jean-Christophe Béchet.

Photos : Jean-Christophe Béchet

Par ailleurs, le photographe a aussi voulu démonter les préjugés qui collent à la peau de cette ville qui possède de nombreux HLM. Il a mis en lumière le patrimoine industriel et la population encore traditionnellement ouvrière qui arpente aujourd’hui ce territoire. Avec un éclairage nocturne soigné, il a mis en scène les bâtiments comme des expressions architecturales magnifiées, redonnant ainsi de la dignité à ce lieu mal-aimé. « Car la photographie ne montre jamais la réalité, ou la vérité, mais seulement une idée du réel. Et c’est déjà beaucoup », écrit le photographe.

 

 


Articles récents

Approche collaborative et reconnaissance professionnelle

Approche collaborative et reconnaissance professionnelle

Marie-Christine Dubé, présidente de APDIQ, et Pierre Corriveau, président de l’OAQ, portent le message de la collaboration interprofessionnelle et de la reconnaissance professionnelle.


Lire la suite
Être chez soi dans un logement adaptable

Être chez soi dans un logement adaptable

Pour qu’une personne en perte d’autonomie puisse continuer de se sentir chez elle, son hébergement, à domicile ou en résidence, doit être adaptable en fonction de l’évolution de besoins.


Lire la suite
Architecture de terre – Architecture de fibres

Architecture de terre – Architecture de fibres

Lors du Rendez-vous des écomatériaux 2021, Mme Gauzin-Müller présentait des finalistes du TERRAFIBRA Award, concours réalisé dans le cadre d’une démarche en lien avec le renouvellement des ressources.


Lire la suite
Magazine FORMES
6 numéros pour seulement 29,95 $

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte