Les applications de voyage « écoresponsable » pourraient nuire à l’environnement

Cet article dévoile comment les applications de voyage « vertes » ne sont pas aussi respectueuses de l’environnement qu’elles semblent l’être.

Face à une prise de conscience croissante du changement climatique, les consommateurs se tournent de plus en plus vers des alternatives écoresponsables dans divers aspects de leur vie, y compris les voyages. Les applications de voyage prétendent soutenir le tourisme durable, proposant des activités, des hébergements et des itinéraires respectueux de l’environnement. Cependant, derrière leur façade verte, ces plateformes peuvent contribuer de manière significative à la dégradation de l’environnement.

Le site web The World Counts souligne l’impact négatif du tourisme sur l’environnement, affirmant qu’il exerce souvent une pression sur les ressources naturelles à travers une surconsommation, souvent dans des endroits où les ressources sont déjà rares. Le tourisme exerce une énorme pression sur l’utilisation des terres locales et peut entraîner une érosion des sols, une augmentation de la pollution, une perte d’habitat naturel et une pression accrue sur les espèces menacées.

Selon un rapport de 2019 du Conseil mondial du tourisme durable (GSTC), 70 % des voyageurs à travers le monde seraient plus enclins à réserver un hébergement écoresponsable. Cependant, Outside affirme qu’il peut être difficile de distinguer les logements respectueux de l’environnement de ceux qui cherchent simplement à profiter de la tendance. À l’échelle mondiale, on estime qu’il existe entre 250 et 300 entités qui prétendent certifier les hébergements touristiques comme durables. Leur réputation varie et elles offrent environ 8 000 – oui, 8 000 – certifications, dont beaucoup sont sans signification.

Les coûts cachés de la commodité numérique

Les applications de voyage, connues pour leur commodité et leurs alternatives apparemment vertes, comportent des coûts cachés que de nombreux utilisateurs négligent. Comment ces plateformes peuvent-elles involontairement augmenter l’empreinte carbone :

1-    Centre de données et consommation d’énergie

Les applications s’appuient fortement sur d’énormes centres de données pour stocker et traiter les informations des utilisateurs. Ces centres nécessitent de grandes quantités d’électricité, souvent issue d’énergies non renouvelables. L’empreinte carbone associée à l’alimentation et au refroidissement de ces installations peut être conséquente.

2-    Augmentation de la fréquence des voyages

La facilité de réservation de voyages « verts » peut conduire à des voyages plus fréquents. Bien que les choix individuels puissent sembler avoir un faible impact, ils entraînent collectivement une augmentation de la demande de services de transport, ce qui, à son tour, augmente les émissions.

3-    Fausses peception de durabilité

Les utilisateurs peuvent avoir un sentiment de satisfaction en choisissant des options écoresponsables, pensant que leur impact est minime. Cela peut aboutir à la négligence d’autres aspects d’un mode de vie durable, annulant ainsi les gains obtenus grâce à des choix de voyage écoresponsables.

Présenté comme vert, livré en plastique

Les applications de voyage durable font souvent la promotion d’activités et d’hébergements écoresponsables. Cependant, les chaînes d’approvisionnement de ces services ne sont pas toujours transparentes. Cachées au sein de ces chaînes se trouvent des pratiques loin d’être durables :

1- Pratiques d’écoblanchiment

Certains hébergements et entreprises se présentent comme étant écoresponsables, mais ne parviennent pas à répondre aux véritables normes de durabilité. Ces pratiques peuvent tromper les voyageurs soucieux de l’environnement en les incitant à soutenir des entreprises qui n’ont peut-être que des références écologiques superficielles ou mineures.

2- Plastique à usage unique et déchets

Les utilisateurs peuvent avoir un sentiment de satisfaction en choisissant des options écoresponsables, pensant que leur impact est minime. Cela peut aboutir à la négligence d’autres aspects d’un mode de vie durable, annulant ainsi les gains obtenus grâce à des choix de voyage écoresponsables.

Actions à entreprendre pour un véritable voyage durable

Pour combattre cette hypocrisie, un changement est nécessaire tant dans le comportement des consommateurs que dans les normes de l’industrie. Voici des recommandations pour un voyage durable plus authentique :

1- Recherche et vérification

Vérifiez les affirmations écologiques des hébergements et des activités. Recherchez les certifications délivrées par des organisations reconnues qui attestent des pratiques durables.

2- Minimisez l’empreinte numérique

Réduisez le recours aux applications lorsque cela est possible. Les réservations directes auprès d’entreprises écoresponsables peuvent aider à réduire la consommation d’énergie associée aux grandes plateformes.

3-Soutenez les économies locales

Interagissez avec les services et produits locaux. Cela soutient non seulement la communauté, mais réduit également l’empreinte carbone associée au transport de marchandises.

4- Compensez les émissions de carbone

Utilisez des initiatives de compensation carbone pour contrebalancer les émissions liées aux voyages. Cela peut impliquer de soutenir des projets qui réduisent ou capturent les émissions à l’échelle mondiale.

5- Promouvez et pratiquez la durabilité 

Au-delà des voyages, intégrez des habitudes durables dans votre vie quotidienne. Réduisez les déchets, recyclez et soyez conscient de l’impact plus large de vos choix de vie.

La voie à suivre

Face à la commodité et à l’attrait des applications de voyage « écoresponsables », il est essentiel d’examiner leurs affirmations et de comprendre leurs implications environnementales plus larges. En prenant des décisions éclairées et en adoptant des pratiques réellement durables, les voyageurs peuvent atténuer leur impact et contribuer à une planète plus saine. Évaluer les effets visibles et invisibles de nos choix aide à garantir que le chemin vers la durabilité ne dévie pas de sa trajectoire. La véritable durabilité ne réside pas seulement dans nos choix, mais aussi dans l’intégrité et la transparence des systèmes que nous soutenons. Engageons-nous à voyager de manière réfléchie et à vivre de manière durable.


Articles récents

Comment la réglementation peut pousser l’écoconstruction – L'exemple français

Comment la réglementation peut pousser l’écoconstruction – L'exemple français

Marika Frenette fait partie des pionniers qui font bouger la réflexion et la pratique architecturale. Au Rendez-vous des écomatériaux, elle a présenté les avancées réglementaires de la France.


Lire la suite
À qui l’architecture sert-elle ?

À qui l’architecture sert-elle ?

Jean-Paul Boudreau et Valérie Levée présentent une trilogie qui jette une lumière crue sur la situation actuelle de l’architecture et la nature des choses. Texte 1 : À qui l’architecture sert-elle ?


Lire la suite
Groupe Boisaco – Au cœur du développement durable

Groupe Boisaco – Au cœur du développement durable

Il est essentiel que les entreprises posent des gestes concrets pour participer au défi planétaire. Voici un exemple, Boisaco, qui se distingue par sa volonté de valoriser au maximum la ressource.


Lire la suite

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte