Pionniers du tri en chantier FORMES

Les résidus de construction, rénovation et démolition (CRD) représentent 28 % des matières éliminées, a déclaré Nicolas Bellerose, agent de recherche et de planification chez RECYC-QUÉBEC. Les CRD arrivent en deuxième position des matières éliminées, après les déchets organiques, et RECYC-QUÉBEC anticipe qu’ils prendront la première place quand le compostage municipal sera généralisé. Les entrepreneurs en construction ont donc un rôle à jouer pour réduire le flot de matière qui se rend aux sites d’enfouissement.

Pionnier dans ce domaine, Construction Longer a pris le taureau par les cornes pour organiser le tri des CRD sur le chantier, en faciliter l’envoi aux recycleurs et réduire l’élimination. Stéphane Giroux, directeur logistique chantier, et Julie Fouquet, directrice de projets et associée, ont parlé de leur expérience, dans l’objectif, selon leurs mots, de « contaminer le plus de gens possible ».

Julie Fouquet et Stéphane Giroux, Construction Longer. – Photo : MRC des Sources, Rendez-vous des écomatériaux 2022

 

Sensibiliser les employés et les partenaires d’affaires

« La première étape est vraiment d’être en mode sensibilisation », souligne Julie Fouquet, car tous les employés doivent participer à la démarche. L’entreprise a organisé des réunions avec les contremaîtres et les chargés de projets et mis des affiches dans les roulottes de chantier. Comme trier les déchets sur le chantier demande de changer les façons de faire, Stéphane Giroux recommande une démarche progressive. « Je travaille avec 45 contremaîtres qui ont des habitudes et des vécus différents. Il faut y aller en douceur, dans le respect et avec une attitude positive. » La sensibilisation doit aussi s’étendre à l’externe auprès des entrepreneurs spécialisés. « Les plombiers et les maçons qui viennent travailler sur nos chantiers n’ont pas forcément le réflexe de nos employés et on ne veut pas qu’ils mettent leurs déchets dans le mauvais conteneur », illustre Stéphane Giroux. Pour s’assurer de la coopération des sous-traitants, Construction Longer a inscrit le tri des déchets dans les contrats.

Organiser le tri

Trier les déchets sur le chantier est bien plus facile à dire qu’à organiser, car il faut estimer le volume de déchets en fonction de la taille du chantier et avoir l’espace au sol pour installer les conteneurs. Construction Longer a acheté des conteneurs et créé un affichage pour identifier les matières recyclées. S’ajoute la difficulté de trouver un recycleur à distance raisonnable. « Si j’envoie un conteneur de bois à 100 km, je ne suis plus écoresponsable parce que je viens de créer un autre problème », illustre Stéphane Giroux. L’entreprise a aussi créé un écocentre à son siège social et acquis une flotte de remorques. Pour les petits chantiers, « on demande aux contremaîtres de mettre l’acier, le bois… dans leur remorque et de les apporter au centre de tri du bureau », décrit Stéphane Giroux. Mais là encore, tout dépend de la distance entre le chantier et le bureau. Pour résoudre ces enjeux de distance, Construction Longer a dû dénicher un réseau de recycleurs sur son territoire d’opération.

Selon RECYC-QUÉBEC, les résidus de construction, rénovation et démolition représentent 28 % des matières éliminées, en deuxième position des matières éliminées après les déchets organiques. Photo : RECYC-QUÉBEC

 

Quantifier le détournement

Il restait encore à mesurer le résultat de l’opération : quelle quantité de matière était ainsi détournée de l’enfouissement ? « Il fallait avoir des données statistiques pour rendre la démarche tangible », relate Julie Fouquet. Pour ce faire, l’entreprise a modifié le formulaire d’ouverture de projet pour que les chargés de projets se questionnent dès le départ sur les matières qui pourront être recyclées sur leurs chantiers et a demandé des factures détaillées aux partenaires recycleurs. « On veut des factures détaillées pour savoir combien de bois on récupère », illustre Stéphane Giroux. Il reconnaît que ces changements de pratique peuvent déranger les employés et les partenaires, mais « il faut insister et être persévérant, c’est ce qui fera la différence », encourage-t-il.

Finalement, après un projet pilote d’un an avec la participation de trois contremaîtres, le tri des déchets a été déployé sur la majorité des chantiers dès la deuxième année. Aujourd’hui, dix matières sont triées, parmi lesquelles le bois, le carton, l’aluminium, le cuivre… et en 2021, 42 % des matières étaient détournées de l’enfouissement. « Il reste des matières dans nos conteneurs pêle-mêle, déclare Stéphane Giroux. On veut voir s’il y aurait des débouchés avec le réseau Synergie Québec. » Construction Longer travaille aussi à améliorer la gestion des eaux grises liées à la fabrication du béton et mène un projet pilote de compostage.

Rentabiliser

Face aux coûts des conteneurs, des remorques, de l’affichage, de la manutention… se pose nécessairement la question de la rentabilité financière de l’opération. « On a investi, mais au final, avec les retours sur l’acier, le bois et les divers matériaux, et les économies parce qu’un conteneur envoyé à l’enfouissement coûte plus cher qu’un conteneur trié à la source, on arrive à une économie moyenne de 50 dollars par tonne détournée, assure Julie Fouquet. Ça brise le mythe qui dit que ça coûte cher de trier les déchets. C’est un investissement de temps et des efforts, mais au final ça ne coûte pas plus cher et c’est payant pour l’environnement. »

En démontrant la rentabilisation du tri, Construction Longer contaminera peut-être d’autres entrepreneurs.


Articles récents

Des prédictions qui pourraient s’avérer juste si l’on ne fait rien…

Des prédictions qui pourraient s’avérer juste si l’on ne fait rien…

Dans l’édition de septembre 2023 du magazine Maclean’s, la journaliste Anne Shibata Casselman signe un portrait du Canada de l’an 2060 dans un monde réchauffé de deux degrés.


Lire la suite
Comment la réglementation peut pousser l’écoconstruction – L'exemple français

Comment la réglementation peut pousser l’écoconstruction – L'exemple français

Marika Frenette fait partie des pionniers qui font bouger la réflexion et la pratique architecturale. Au Rendez-vous des écomatériaux, elle a présenté les avancées réglementaires de la France.


Lire la suite
Les applications de voyage « écoresponsable » pourraient nuire à l’environnement

Les applications de voyage « écoresponsable » pourraient nuire à l’environnement

Cet article dévoile comment les applications de voyage « vertes » ne sont pas aussi respectueuses de l’environnement qu’elles semblent l’être.


Lire la suite
Magazine FORMES
6 numéros pour seulement 29,95 $

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte