Prix mondial des architectures contemporaines en matériaux bio et géosourcés Salem Mostefaoui

Après TERRA Award (2016), FIBRA Award (2019) et TERRAFIBRA Award (2021), les Grands Ateliers et amàco lancent le materia award 2025, prix mondial des architectures contemporaines en matériaux bio et géosourcés. Cette quatrième édition, en plus de la terre crue et des fibres végétales, a pour objectif de valoriser aussi des projets en pierre. Les candidats ont jusqu’au dimanche 18 février 2024 pour déposer leur projet en ligne sur Candidature materia award.

Les Grands Ateliers et amàco, en partenariat avec Dominique Gauzin-Müller, l’ETH de Zurich, Les Compagnons du Devoir et du Tour de France et le Pavillon de l’Arsenal, mettent à l’honneur l’architecture frugale et organisent le materia award 2025, prix mondial des architectures contemporaines en terre crue, pierre et fibres végétales, sous le patronage de la chaire UNESCO « Architectures de terre, cultures constructives et développement durable ».

La nécessaire transition environnementale

Le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur de ressources et d’énergie en France, avec 43 % de la consommation énergétique nationale, un des plus gros producteurs de déchets et représente 23 % des émissions de gaz à effet de serre. Face à cette réalité, depuis quelques années, l’opinion publique prend conscience de la nécessaire transition environnementale. L’effort collectif pour la préservation des ressources et la réduction significative de l’empreinte environnementale des constructions existantes et futures a entrainé l’émergence de nouvelles pratiques architecturales écoresponsables, qui visent à valoriser et tirer parti des ressources bio et géosourcées locales, disponibles à portée de main ou juste sous nos pieds. S’approprier l’intelligence de l’architecture vernaculaire et ses savoir-faire millénaires, c’est réancrer l’acte de bâtir dans un paysage et faire corps avec le territoire.

La terre, la pierre et les fibres végétales ont déjà conquis le champ de l’architecture contemporaine et des milliers de projets, d’une grande qualité technique, écologique, esthétique et émotionnelle, voient le jour sur les cinq continents. La démocratisation de l’utilisation de ces matériaux, peu gourmands en énergie et disponibles en quantité sur toute la planète, participe à la réduction de l’exploitation des ressources non renouvelables et limite les besoins énergétiques sur le cycle de vie des bâtiments.

Internat de l’école Canuanã à Formoso do Araguaia, Tocantins, Brésil – Photo : Cristobal Palma – Architecture : Estúdio Gustavo Utrabo, Pedro Duschenes et Marcelo Rosenbaum – Matériaux : Murs de blocs de terre comprimée stabilisée BTCs, structure en lamellé-collé d’eucalyptus.

 

Véritable défi pour l’architecture contemporaine, l’usage des matières issues du sol et des champs est aussi une des voies les plus optimistes pour construire demain en redonnant du sens à nos métiers. Les filières de ressources locales s’organisent et se développent avec la création de nouveaux emplois qui renforcent l’activité économique des territoires. Les matériaux bio et géosourcés sont donc incontournables pour l’architecture post-carbone et contribuent à la transition écologique et sociale.

Le prix

Ce prix mondial pour l’architecture contemporaine en terre, pierre et fibres végétales a pour but de mettre en valeur les propriétés esthétiques, les avantages constructifs et les bénéfices environnementaux de 40 écoconstructions. La reconnaissance de ces bâtiments exemplaires, par la profession comme par le grand public, exige de valoriser l’ensemble des acteurs engagés dans ces projets. Le but du materia award est donc de distinguer des projets remarquables tout en soulignant le courage des maîtres d’ouvrage qui ont fait le choix de ces matériaux, la créativité des concepteurs et le savoir-faire des artisans et entrepreneurs.

Inscrit dans la continuité du TERRA Award (2016), du FIBRA Award (2019) et du TERRAFIBRA Award (2021), ce nouveau prix, étendu désormais à l’architecture en pierre, vise également à valoriser la mixité des matériaux et à réaffirmer l’importance de l’intelligence constructive et de l’usage de la juste quantité du bon matériau au bon endroit et au juste prix. Souligner la complémentarité des matières, c’est aussi éviter l’écueil d’une filière centrée sur une solution hégémonique particulièrement polluante.

L’exposition et son catalogue

Face au défi climatique et à la nécessaire adaptation des systèmes constructifs, l’utilisation de matériaux bio et géosourcés offre des solutions techniques vertueuses. Certaines sont éprouvées depuis des siècles, d’autres s’inventent aujourd’hui.

Photo : Camille Gharbi

 

Afin de valoriser les 40 projets finalistes du materia award et de diffuser au plus grand nombre ces modes constructifs exemplaires, le prix est accompagné d’une exposition et d’un livre. À travers la description de bâtiments en matériaux bio et géosourcés et une dizaine de prototypes, l’exposition met en lumière la grande diversité des techniques qui recourent à des ressources locales en s’appuyant sur des cultures constructives. L’exposition et son catalogue, coproduits par le Pavillon de l’Arsenal, amàco et Les Grands Ateliers, présente aussi les qualités esthétiques et les avantages techniques et environnementaux des architectures en terre, pierre et fibres végétales.

Enthousiastes, passionnés et généreux, les acteurs de ces projets rendent crédible l’utilisation de matériaux bio et géosourcés à grande échelle. Ces équipes composées d’architectes, ingénieurs, constructeurs et maîtres d’ouvrage engagés mettent en exergue les aspects économiques, sociaux et écologiques qui ont guidé leurs choix, et démontrent qu’il est possible de bâtir autrement. Ancrées dans leur territoire, ces architectures frugales et créatives ouvrent de nouveaux horizons pour la construction et la rénovation.

L’édition 2025

Après le TERRA Award, le FIBRA Award et TERRAFIBRA Award, cette quatrième édition baptisée materia award se caractérise par l’intégration de projets en pierre. Ce matériau naturel à faible impact carbone investit de plus en plus la production architecturale contemporaine. Au-delà de la rénovation du patrimoine bâti en pierre, de nouveaux bâtiments voient le jour et participent au développement de la filière. Présente sur l’ensemble des territoires, l’industrie de la pierre contribue à la création d’emplois locaux, favorisant ainsi une économie en circuit court.

Photo :  Anouk Ruffieux 

 

Cette édition sera aussi marquée par la volonté de mettre en lumière des projets de réhabilitation exemplaires. Pour réduire l’impact du secteur de la construction et notamment l’énergie grise nécessaire à l’édification des bâtiments, la réhabilitation du parc bâti devient indispensable et doit trouver une place centrale dans les futures stratégies d’aménagement. En effet, la réhabilitation de l’architecture existante, qu’elle soit remarquable ou plus modeste, représente un enjeu crucial en matière de développement durable. Ce processus se base sur la reconnaissance et la valorisation d’un bâtiment pour lui donner une seconde vie et le projeter dans un avenir plus durable : le recyclage stimule la créativité et ouvre la voie à une renaissance.

À l’instar des trois dernières éditions, le materia award sera accompagné d’une exposition et d’un catalogue présentant les 40 bâtiments finalistes, coproduits en partenariat avec le Pavillon de l’Arsenal. Outre l’identification d’architectures contemporaines en terre crue, pierre et fibres végétales, le materia award vise à valoriser leurs acteurs et à faire connaître des techniques de construction innovantes. Les professionnels, décideurs publics, étudiants ou encore le grand public pourront découvrir et explorer la matière à travers l’exposition de prototypes de mur ou de toiture, détaillant des fragments d’une dizaine de projets finalistes. L’exposition sera inaugurée à Paris au printemps 2025. Cet évènement sera l’occasion de remettre les trophées aux lauréats désignés par le jury d’honneur. Comme les précédentes, cette exposition itinèrera ensuite en France et dans le monde afin de sensibiliser le plus grand nombre à ces pratiques vertueuses.

Ouverture des candidatures

Le materia award est ouvert aux bâtiments neufs ou rénovés construits, sur tous les continents, avec une quantité significative de terre, de pierre et de fibres végétales, et livrés depuis janvier 2013. Les candidats ont jusqu’au dimanche 18 février 2024 pour déposer leur projet en ligne sur Candidature materia award.

 

Photos: Les Grands Ateliers / Pierre L'Excellent

 

À l’exception des bâtiments à structures en bois, qui font déjà l’objet de nombreux prix, toutes les techniques de construction en terre crue (pisé, adobe, bauge, BTC, torchis, terre coulée, enduit, etc.), tous les types de pierre (granit, grès, quartz, calcaire, marbre, gneiss, ardoise, etc.) et toutes les fibres végétales (bambou, roseau, chanvre, lin, paille, rotin, palmes, herbes marines, mycélium, algues, etc.) sont concernés. Les projets en structure en bois associée à plusieurs autres matériaux bio et géosourcés sont éligibles.

Partenaires et mécènes

Photo : Florent Perroud

Articles récents

Défi Cecobois 2024 : une édition à la hauteur !

Défi Cecobois 2024 : une édition à la hauteur !

La 13e édition du Défi Cecobois proposait un thème lié à la densification. Ce concours met au défi des étudiants en architecture, en génie civil, en génie du bois et en génie du bâtiment.


Lire la suite
RPI + BIM

RPI + BIM

L’auteur Gabriel Jobidon s’intéresse aux procédures d’appels d’offres ainsi qu’aux contrats alternatifs et collaboratifs de construction, dont la RPI, une approche contractuelle.


Lire la suite
À qui la responsabilité ?

À qui la responsabilité ?

Avec la préfabrication, la séparation des activités entre l’usine et le chantier pose un problème de responsabilité.


Lire la suite

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte