Manoir Wakeham Manoir Wakeham vers 1924. – Source : Collection Patrick Ian Baker

Une seconde vie hôtelière est en gestation pour le Manoir Wakeham, un bâtiment patrimonial inédit et exceptionnel de Gaspé. Les instigateurs de cet important projet, les Lamy, une famille originaire de Gaspé, ainsi que Louis Graton, se sont donnés comme mission la protection et la mise en valeur du bâtiment par sa restauration complète et son intégration harmonieuse dans un cadre hôtelier de classe mondiale.

Un projet d'envergure pour le patrimoine et le tourisme gaspésien

Le Manoir Wakeham est une demeure bourgeoise d’esprit victorien qui aurait été érigée vers 1850 à Gaspé, en Gaspésie. Cette résidence serait la seule résidence ancienne en pierre habitable de toute la péninsule gaspésienne. Des études architecturales1 ont démontré son intérêt exceptionnel tant sur le plan historique que sur le plan architectural. Le manoir est aujourd’hui un bien classé au répertoire sur le patrimoine culturel du Québec. Située au centre-ville de Gaspé, sa vue sur la baie de Gaspé en fait un site privilégié.

Ce bâtiment emblématique classé sera transformé en hôtel de luxe. La partie historique sera protégée et restaurée dans le respect de ses caractéristiques patrimoniales. Une importante annexe sera également intégrée de façon harmonieuse. Le projet comportera une trentaine de chambres, spa nordique, stationnement intérieur, fine cuisine, etc. Une réouverture est prévue pour 2025.

Le manoir en juin 2023. – Source : Propriétaires du Manoir Wakeham

 

« Le manoir nécessite d’importants travaux de restauration, mentionne Isabelle Lamy, une des copropriétaires. Il a été fortement négligé depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, les fondations et la structure sont atteintes, l’eau entre de partout. Notre but est de le restaurer et de le protéger pour les générations futures. En fait, on ne se perçoit pas simplement comme propriétaires du lieu, mais comme protecteurs de ce bijou de notre patrimoine ».

Le médecin, inspecteur des pêches et explorateur, William Wakeham (1844-1915), de Gaspé, années 1900. – Source : Musée de la Gaspésie. Fonds Musée de la Gaspésie, P1/6/5. La résidence « One Ash » à Gaspé, années 1880. À droite, on aperçoit le Dr William Wakeham assis sur sa galerie. – Source : Musée de la Gaspésie. Collection Marcel Lamoureux. P77/83/16/151/177

 

L’équipe derrière ce projet est composée d’Isabelle Lamy, son conjoint Louis Graton et ses frères Charles et Pierre. Charles Lamy est un diplômé en architecture de l’Université de Montréal reconnu sur la scène internationale. Il a notamment collaboré avec Morphosis, le cabinet d’architecture de Thom Mayne. Sa sœur Isabelle est avocate en droit des affaires depuis de nombreuses années. Son frère Pierre, gestionnaire d’importants projets de construction, est également propriétaire d’une entreprise de design, de fabrication de spas et de piscines, tandis que Louis Graton, anciennement courtier en valeurs mobilières, est aujourd’hui consultant auprès d’entreprises en démarrage ou en restructuration. Les copropriétaires ont retenu les services de l’architecte Michel Boudreau (STGM Architecture), qui a notamment comme expérience à son portfolio la rénovation de la villa Frédéric-James à Percé et l’Auberge Saint-Antoine dans le Vieux-Québec.

Le « Smoking Room » – Source : Jonathan Desjarlais, La Boîte FLEXIBLE

 

Un peu d’histoire

Les origines de cette maison ne sont pas déterminées avec certitude.2 Selon la tradition orale, William Wakeham (1844-1915), personnage canadien important de cette époque, l’aurait fait ériger vers 1885. Cependant, des études menées dans les années 1980 proposent une autre hypothèse. Une reconnaissance de dette signée en 1852 par James Perchard, de qui Wakeham acquiert la propriété en 1881, révèle la présence d’une maison en pierre sur le terrain. Rien ne prouve toutefois que ce soit la maison qu’occupe ultérieurement Wakeham et qu’il nomme le « One Ash ». Les analyses récentes dans le cadre du projet en cours révèlent effectivement la présence d’anciennes fondations dans le sous-sol du manoir.

La salle des sports (bâtie entre 1910 et 1915) et la salle de musique (bâtie vers 1910). – Source : Jonathan Desjarlais, La Boîte FLEXIBLE

 

Le Manoir Wakeham présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique et architecturale. Cette demeure bourgeoise est unique à plusieurs égards, notamment elle serait la seule résidence ancienne en pierre habitable de la péninsule gaspésienne, et l’un des rares témoins de l’époque où la région constituait un haut lieu de villégiature pour la pratique de la chasse et de la pêche sportive.

Le caractère luxueux de cette résidence s’exprime à travers les boiseries intérieures de diverses essences, comme le sapin, le chêne, l’érable et l’acajou.

L’entrée et le salon de thé – Source : Jonathan Desjarlais, La Boîte FLEXIBLE

 

Cette demeure représentative des habitations bourgeoises québécoises de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle peut être associée au style victorien, principalement utilisé dans la construction de résidences bourgeoises et d’hôtels de luxe.

Notes

1 SOUCY Chantal et BOURGET Monique. Auberge « Ash Inn », Gaspé, Étude, relevés et analyse historique (Chantal Soucy), Analyse architecturale et illustrations (Monique Bourget), Musée de la Gaspésie, 1986, 287 p. – Étude architecturale ayant servi au classement du bâtiment au patrimoine culturel du Québec.
2 https://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92598&type=bien

Articles récents

L’architecture et la ville – Regards des photographes Gurliat et Béchet

L’architecture et la ville – Regards des photographes Gurliat et Béchet

Jean-Baptiste Gurliat et Jean-Christophe Béchet, il existe peu de ces photographes d’architecture dont le travail donne une nouvelle dimension à la ville et au territoire.


Lire la suite
Comprendre l’architecture hostile : cause et effet de la restriction de l’espace public

Comprendre l’architecture hostile : cause et effet de la restriction de l’espace public

L’architecture hostile, stratégie d’aménagement dans laquelle espaces et structures publics sont utilisés pour empêcher ou restreindre l’utilisation de ces lieux par certaines personnes.


Lire la suite
Ponts de matériaux recyclés

Ponts de matériaux recyclés

La reconstruction des ponts Darwin fait appel à du verre recyclé d’origine locale. Cette première mondiale ouvre la voie à une nouvelle matérialité plus durable dans l’aménagement urbain.


Lire la suite
Magazine FORMES
6 numéros pour seulement 29,95 $

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte