Quercus suber L. : liège vous dites ? Ligne de meubles en liège nommée Sobreiro des frères Campana. Source: Armorim

En visite au Portugal l’automne dernier, le magazine FORMES a eu la chance de visiter le siège social d’Amorim, multinationale spécialisée en transformation du liège créée en 1870. Cette entreprise centenaire, qui s’illustre sur plusieurs marchés, multiplie les associations avec les grands noms du design et de l’architecture afin de démontrer toutes les caractéristiques de cette matière première. Petit tour d’horizon des propriétés du liège et de ses applications possibles.

Une matière écologique

Cette substance que l’on appelle communément liège est en réalité l’écorce du chêne-liège, soit le Quercus suber L. Composé principalement de subérine et de lignine, le liège est un tissu végétal 100 % naturel. Il faut attendre vingt-cinq ans avant de pouvoir en faire une première récolte. Par la suite, il sera possible de récolter tous les neuf ans. Pour en faire la récolte, on retire l’écorce de l’arbre, ce qui fait qu’aucun arbre n’est coupé lors de ce processus. L’arbre se régénère tout simplement et continue de grandir. L’extraction, toujours effectuée entre mai et août, est réalisée lorsque l’arbre est dans une phase plus active de sa croissance. Parmi tous les types d’arbres, il semble que le liège soit le seul dont l’écorce s’autorégénère.

La première idée qui nous vient évidemment en tête lorsqu’on parle de liège est le bouchon de bouteille de vin. Or, il faut attendre la troisième récolte (quarante-trois ans) avant même de pouvoir créer des bouchons avec la qualité requise pour le faire. Des deux premières extractions, le liège vierge et le liège secondaire, on pourra créer des matériaux isolants, des revêtements de sol et divers produits dans le domaine de la construction, la mode, le design ainsi que des produits destinés à l’industrie aérospatiale.

Chez Amorim, on se procure le liège auprès de plusieurs centaines de propriétaires terriens, que ce soit au Portugal ou dans d’autres pays tels que l’Espagne, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et la France. Des ententes entre l’entreprise et les propriétaires terriens lui permettent de récolter en temps et lieu en plus d’offrir un revenu d’appoint à ces propriétaires. Ce n’est que depuis peu qu’Amorim a annoncé l’acquisition de son premier domaine forestier de liège.

Le designer portugais Filipe Alarcão propose un seau à glace en liège aggloméré.

Des caractéristiques inspirantes…

Le liège est doté de plusieurs caractéristiques intéressantes. L’histoire révèle divers projets où celui-ci a inspiré de grands architectes et designers. En effet, Amorim a créé des collaborations marquantes afin de démontrer les propriétés uniques de cette matière. Que ce soit par la participation à la construction de différents bâtiments emblématiques ou encore par le développement d’une gamme d’objets et d’accessoires nommée MATERIA, les possibilités créatives du liège furent maintes fois mises en valeur.

D’une grande légèreté

Puisque plus de 50 % de son volume est constitué d’air, le liège est un matériau très léger. C’est d’ailleurs ce qui a donné l’idée à l’architecte João Luís Carrilho da Graça d’associer le liège au béton afin de réduire le poids de la structure du nouveau terminal de croisières de Lisbonne, construit en 2018. Cet architecte portugais a mélangé au béton blanc structural un granulat de liège naturel, afin de créer une façade 40 % plus légère qu’avec le béton traditionnel.

L’architecte João Luís Carrilho da Graça associe le liège au béton afin de réduire le poids de la structure du nouveau terminal de croisières de Lisbonne. Source : Armorim

En plus d’être magnifique, le mélange liège/béton ajoute une texture subtile à la surface, qui est accentuée sous les reflets du soleil. Le résultat allie tant l’isolation thermique du liège à la durabilité du béton, en plus de répondre aux impératifs des charges maximales liés aux fondations existantes du lieu.

Avec un poids de 0,16 gramme par centimètre cube, le liège est une matière qui flotte sans aucun problème. Inspiré par cette caractéristique, Atelier Big-Game a proposé le Bote pour la collection MATERIA. Composé d’une coque en liège et d’un accessoire en plastique (une voile, une rangée de cheminées de moteurs ou une cabine), Bote est le jouet tout indiqué pour une navigation imaginative afin de divertir les enfants lors du bain quotidien.

Bote, jouet composé d’une coque en liège et d’un accessoire en plastique (voile, cheminées ou cabine).

Isolant thermique et sonore

Le liège a une faible conductivité thermique, sonore et vibratoire. En effet, les éléments gazeux qu’il contient sont enfermés dans de petites propriétés imperméables et isolées les unes des autres. Issu de la collection d’objets MATERIA, le designer portugais Filipe Alarcão a proposé un seau à glace en liège aggloméré. Ce seau à glace muni d’un revêtement intérieur doublé d’un boîtier en plastique met à profit les propriétés d’isolation thermique du liège associées à sa texture unique. Il maintient la température basse à l’intérieur, tandis que la surface extérieure conserve sa chaleur naturelle et procure une sensation agréable et apaisante.

Imperméable

Grâce à la subérine et aux céroïdes présents dans les parois des cellules, le liège est imperméable aux liquides et aux gaz. Sa résistance à l’humidité lui permet de vieillir sans se détériorer. C’est ainsi qu’en 2012, Herzog & de Meuron en firent la matière première de leur pavillon éphémère réalisé pour la Serpentine Gallery à Londres. L’équipe d’architectes a réalisé un pavillon de forme circulaire sous le seuil de la terre. Le pavillon était enfoui cinq pieds sous terre de façon à atteindre la nappe phréatique. L’intérieur du pavillon était presque entièrement recouvert de liège. Les architectes avaient alors décrit le liège comme un matériau naturel doté de grandes qualités haptiques et olfactives et d’une polyvalence lui permettant d’être sculpté, coupé et façonné. Ainsi, grâce au liège, ils souhaitaient simuler les caractéristiques de la terre excavée. Le pavillon a attiré plus de 750 000 visiteurs.

Pavillon éphémère en liège réalisé pour la Serpentine Gallery à Londres par Herzog & de Meuron.Source : Armorim

Ignifuge et résistant à la pression

Le liège est un ignifuge naturel : il ne brûle pas et ne libère pas de gaz toxiques pendant la combustion. De plus, c’est un solide qui conserve son volume lorsqu’il subit une pression à un certain endroit. Sa mémoire élastique lui permet de s’adapter aux variations de température et de pression. Comme le mentionne l’architecte João Luís Carrilho da Graça à la suite de ses expérimentations : « On peut laisser un morceau de liège sous un poids pendant des siècles et au moment où on enlève la pierre, le liège reprend progressivement sa forme initiale, ce qui est vraiment surprenant. Il n’y a aucun matériau naturel qui fasse cela, et je ne connais pas non plus de matériau artificiel. Je pense que le liège est extraordinaire ! »  

Lors de leur présence à Experimenta Portugal en 2018, les frères Campana ont présenté une première ligne de meubles en liège nommée Sobreiro. Composée d’un fauteuil et de trois cabinets, la collection combine la beauté et la polyvalence du liège. Le fauteuil est entièrement fabriqué de blocs de liège naturel rappelant le bouchon à vin traditionnel alors que les armoires sont fabriquées avec différents types de liège : un aggloméré expansé, un composite aggloméré expansé et un mélange de liège à l’argile. La matière ainsi exploitée a permis aux célèbres designers de concevoir un design solide, curviligne et léger.

Hypoallergène

Finalement, on pense à cette matière comme une substance hypoallergénique. Comme il n’absorbe pas la poussière, il protège contre les allergies. C’est peut-être ce qui a donné l’idée à Nendo d’utiliser cette matière pour des objets de la vie quotidienne tels qu’une salière et une poivrière PAR ainsi qu’un bol à fruits en deux parties, PARTE. Dans ce dernier, les deux moitiés du bol peuvent être reliées de différentes façons, ce qui permet aux utilisateurs de modifier ses proportions et son utilisation à leur guise.

Substance hypoallergénique, l’entreprise Nendo utilise le liège pour des objets de la vie quotidienne tels salière et poivrière ou bol à fruits.

En somme, bien qu’on ne recense ici que quelques-unes des applications et des collaborations effectuées entre Amorim et l’univers du design, il n’en demeure pas moins que le liège étonne par sa flexibilité et sa versatilité. L’entreprise portugaise poursuit également plusieurs projets de recherche et innovation dans le domaine de l’aérospatiale. Plus près de nous, on peut penser au revêtement de sol en liège ou encore au sous-plancher de plus en plus utilisé comme isolant. Ainsi, c’est un monde de possibilités qui s’ouvre en termes de création. Visiblement, nous sommes à des latitudes de la simple utilisation en tant que bouchon à vin. Et vous, comment utiliseriez-vous cette matière première ?


Articles récents

Place aux graminées

Place aux graminées

Connaissez-vous le panic érigé et le miscanthus géant ? Snizhana Olishevska a présenté les recherches et le potentiel de ces plantes au Québec pour les transformer en matériaux de construction.


Lire la suite
Espèces feuillues et lamellé-collé

Espèces feuillues et lamellé-collé

L’utilisation d’une nouvelle matière première pour la fabrication de bois lamellé-collé représente tout un défi.


Lire la suite
Circulariser les résidus de la construction

Circulariser les résidus de la construction

Les résidus de construction, rénovation, démolition (CRD) sont la deuxième matière la plus éliminée derrière les matières organiques. Il y a donc place à améliorer le recyclage des résidus de CRD.


Lire la suite

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte