Helsinki 2050 – Objectif carbone neutre Ville d'Helsinki

Carbone neutre en tête, Helsinki espère que ses mesures urbanistiques lui permettront d’atteindre en 2050 un carbone neutre (ce qui signifie qu’à l’intérieur d’un périmètre donné, la différence entre les gaz émis et les gaz extraits est égale à zéro). La ville s’engage déjà à diminuer de 30 % ses émissions de CO2 d’ici 2020, notamment grâce à son réseau de transport public déjà en service et à la densification de sa population. Éviter la dispersion de l’habitat est primordial pour conserver la grande forêt urbaine, les poumons de la Cité.

Un plan d’urbanisme pragmatique et stratégique

« Helsinki est la ville qui possède la croissance la plus rapide de toutes les villes d’Europe », d'Anna-Maija Sohn, architecte-urbaniste au Service de la planification de la ville. Son projet d’urbanisme prévoit qu’en 2050, elle soit en mesure d’offrir 560 000 emplois et d’atteindre une population de 860 000 habitants (elle en compte présentement 642 000). Pour effectuer ce saut prodigieux de capitale moyenne à capitale européenne majeure, Helsinki a misé sur le développement durable. Son premier objectif est de freiner l’étalement urbain en proposant des choix d’aménagement de quartiers résidentiels qui intègrent des parcs, des commerces et des équipements récréatifs et de services.

Vue nocturne du futur quartier réhabilité de Pasila. La firme d’architecture choisie pour leur réalisation est l’agence de l’architecte finlandais Rainer Mahlamäki. Source : Ville de Helsinki

Le quartier Pasila

Exemple ambitieux d’une friche réhabilité, le quartier Pasila illustre bien les objectifs de la municipalité. Situé au cœur géographique de la ville, à trois kilomètres au nord de la gare centrale, cette large zone de quelque 90 hectares (à titre comparatif, le projet de réhabilitation ferroviaire d’Outremont – MIL se déploie sur 30 hectares) se transforme à vitesse grand V en quartier d’affaires et résidentiel pourvu de pôles culturel et sportif.

En 2040, Pasila deviendra un quartier incontournable, car il constituera un hub, ou plateforme de transport en commun, regroupant les stations de train les plus fréquentées et accessibles de Finlande. Les liaisons centrales ferroviaires interconnectées s’inscrivent d’ailleurs parmi les grands principes de base du plan d’urbanisme d’Helsinki. En zone urbaine, un réseau de transport en commun performant relie l’ensemble des quartiers. Dans les quartiers à plus faible densité à l’est, tel Katajanoka, les voies d’un ancien tramway qui n’a jamais été démantelé malgré l’étroitesse de ses rails a été restauré et ses voitures aménagées pour tenir dans les rails d’origine. Il demeure un mode de transport très utilisé par les résidents et les touristes qui fréquentent les vieux quartiers.

Gare de l’aéroport d’Helsinki-Vantaa. Mis en service en 2015 sur les anciennes voies ferrées, le train moderne du transport de personnes circule entre la gare centrale d’Helsinki et l’aéroport, toujours en traversant Pasila. Les utilisateurs peuvent emprunter des bus, des voies piétonnes, des pistes cyclables ou même de ski de fond pour se rendre aux deux stations de train du quartier de Pasila et dans les autres quartiers traversés par la voie ferrée. Photo : Oona Räisänen

L’écoquartier Kuninkaantammi

Autre exemple de l’initiative d’Helsinki, l’écoquartier Kuninkaantami, dans ce cas-cidans un secteur à basse densité. Il présente un plan en forme de labyrinthe plutôt inusité dans la trame urbaine de la ville. Il s’inscrit dans la politique de développement durable d’Helsinki en intégrant des critères d’aménagement du territoire en accord avec la culture finlandaise traditionnelle tout en faisant partie des trente sites à tendance moderne dits « intelligents envers le climat » répartis dans la ville. Ce sont pour la plupart des lieux expérimentaux, mais qui risquent de se propager sur le territoire municipal s’ils deviennent efficaces en matière d’écologie.

Plan de l’écoquartier Kuninkaantammi d’une superficie de dix hectares. Le plan en axonométrie permet de comprendre la trame urbaine de l’écoquartier, sa localisation à l’est près de la forêt urbaine centrale de la ville et l’intégration de l’imprimerie au nord. Source : Ville d’Helsinki

Dans la trame urbaine de l’écoquartier, les bâtiments, les parcs et les transports sont structurés pour former un labyrinthe, lieu convivial pour les piétons et pour les cyclistes, sans voiture, sauf en périphérie. Les bâtiments n’auront pas plus de quatre ou cinq étages et la moitié seront construits en bois. Des panneaux solaires seront installés sur les toits de certains groupes d’immeuble. L’eau de pluie ou de ruissellement sera récupérée par des gouttières, des caniveaux et des petits étangs. Un système de terrasses surélevées permettra à l’eau de pluie de s’accumuler dans de grands bacs naturels, prévenant ainsi inondations. L’écoquartier comptera également plusieurs toits et un mur végétalisés. De nombreux arbres seront plantés le long de ses rues. Ces mesures de développement durable devraient permettre de diminuer de 45 % les émissions en CO2 en comparaison avec un quartier où elles ne seraient pas adoptées.

Perspective des bâtiments en bois à l’architecture colorée. Jardin de cour intérieure permettant de recueillir l’eau de ruissellement dans un étang sur lequel on pose des terrasses. Source : Ville d’Helsinki

Les pôles intelligents de Helsinki

Tel que mentionné précédemment, l’écoquartier fait partie des différents pôles « intelligents envers le climat » que comporte la ville. Depuis 2016, Helsinki s’est fixé des objectifs d’identification de pratique de développement durable en établissant trente points de chute à l’essai. Ces sites expérimentaux servent à effectuer des expériences de traitement de l’eau, d’utilisation de panneaux solaires, de gaz naturel, de géothermie, de connectivité entre divers services urbains et de connexion intermodale des transports urbains (tramway, bus, train, vélo). Sur les boulevards urbains, les conditions pour protéger les piétons et les cyclistes sont également étudiées.


Articles récents

Comment la réglementation peut pousser l’écoconstruction – L'exemple français

Comment la réglementation peut pousser l’écoconstruction – L'exemple français

Marika Frenette fait partie des pionniers qui font bouger la réflexion et la pratique architecturale. Au Rendez-vous des écomatériaux, elle a présenté les avancées réglementaires de la France.


Lire la suite
Pionniers du tri en chantier

Pionniers du tri en chantier

Les résidus de construction, rénovation et démolition représentent 28 % des matières éliminées. Les entrepreneurs ont un rôle à jouer pour réduire la matière qui se rend aux sites d’enfouissement.


Lire la suite
Prochaine destination : décarboner l’avenir

Prochaine destination : décarboner l’avenir

Un nouvel immeuble à carbone zéro à structure en bois va bientôt s’ajouter au cœur de l'écoquartier du Technopôle Angus.


Lire la suite

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte