Passerelles en aluminium – Pourquoi pas plus de réalisations au Québec ? La passerelle du parc national des Îles-de-Boucherville met en œuvre un tablier en aluminium sans soudure de la technologie GuarDECK, développée par MAADI Group. – Photo : MAADI Group

Créée en 2005, l’entreprise MAADI Group développe des systèmes structuraux de ponts et passerelles en aluminium, mais c’est surtout à l’extérieur du Québec qu’elle les vend. Une situation paradoxale alors que la province figure au palmarès des producteurs mondiaux d’aluminium. Ce qui bloque ? Le manque de projets de démonstration et la règle du plus bas soumissionnaire.

L’entreprise, qui s’était déjà démarquée avec le système sans soudure MakeABridgeMC, a ajouté deux innovations à son actif. La première est un pont à déploiement rapide pour usages militaires ou des urgences civiles. « Dans un conteneur de 6 mètres, on peut mettre un pont de 24 mètres, tout en morceaux et qui s’assemble en quatre heures par une douzaine de personnes. Il peut être transporté par hélicoptère et par véhicule tout-terrain », décrit Alexandre de la Chevrotière, fondateur et président de MAADI Group.

La deuxième innovation est le tablier en aluminium GuarDECKMC. Il s’agit d’un platelage en planches d’aluminium extrudé qui s’assemblent par des clips, sans soudure, et donc rapide à installer. « Ça réduit les incidences des travaux sur la circulation. Ça répond à l’ABC, pour accelerated bridge construction, un terme très connu dans le domaine de la construction », précise Alexandre de la Chevrotière. C’est avec ce tablier en aluminium qu’une passerelle reliant deux écoles de Lac-Brome a été rénovée. Sur une structure en acier encore en état, le platelage de bois arrivé en fin de vie a été remplacé par le système GuarDECKMC. Cette réalisation a valu à MAADI Group de remporter le premier prix de l’International Aluminum Extrusion Design Competition.

Un pont de Lac-Brome rénové avec un tablier en aluminium. – Photo : MAADI Group

On peut voir d’autres réalisations de MAADI Group au parc national des Îles-de-Boucherville, au Théâtre de la Dame de Cœur à Upton, sur la rivière Quinchien à Vaudreuil-Dorion, à la réserve du parc national de l’Archipel-de-Mingan… mais aussi et surtout dans le reste du Canada et aux États-Unis. En fait, depuis la création de MAADI Group, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et passerelles en aluminium… mais ces passerelles sont surtout à l’extérieur du Québec. « Quelque 80 % de notre chiffre d’affaires est réalisé aux États-Unis, 10 % en Ontario et ailleurs dans l’Ouest canadien. J’ai plus de succès dans le Canada anglais qu’au Québec », constate Alexandre de la Chevrotière. Il déplore notamment un manque d’ouverture de la part du ministère des Transports du Québec.

À Upton, une passerelle rapatriée d’une plateforme pétrolière en mer de Chine, modifiée par MAADI Group, a été installée sur la rivière Noire pour donner accès au Théâtre de la Dame de Cœur. – Photo : MAADI Group

L’immobilité du MTQ

Le président de MAADI Group a reçu des demandes de municipalités qui veulent greffer une passerelle cycliste sur un pont routier, comme il l’a déjà fait à Rocky Mount en Caroline du Nord. « On vient s’attacher sur les piles du pont avec des poutres en porte-à-faux. Le ministère a systématiquement refusé en disant qu’on ne peut pas s’accrocher sur les piles, déplore-t-il. Et c’est un scandale que dans un projet de 4 milliards de dollars comme le pont Champlain ou de 1 milliard comme le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, il n’y ait pas d’aluminium. Il aurait pu y avoir de l’aluminium dans les passerelles des pistes cyclables du pont et dans les paralumes du tunnel. » Pour lui, la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium (SQDA) dans sa version 2015 ne tournait pas rond. « On veut créer une industrie, mais il faut des projets pour créer un écosystème qui tourne sur lui-même. Là, on a fait le contraire, on a fait la promotion de l’aluminium, mais sans vouloir d’aluminium, sans en mettre dans les appels d’offres », relate Alexandre de la Chevrotière. Il a cependant bon espoir que la situation change avec la révision de la SQDA qui prévoit des projets de démonstration pour les ponts et passerelles. « On avait produit un mémoire en octobre 2020 et tout ce qu’on avait mis dans notre mémoire a été inclus dans la nouvelle stratégie. Il y a de l’argent pour des projets de démonstration », se réjouit Alexandre de la Chevrotière.

Une passerelle en aluminium enjambe la rivière Quinchien à Vaudreuil-Dorion. – Photo : MAADI Group

Revoir les règles d’appels d’offres

Ces projets participeront aussi à faire la démonstration que sur le long terme, l’aluminium coûte moins cher que l’acier. Car si l’aluminium peine à s’immiscer dans les appels d’offres, c’est aussi parce que la règle du plus bas soumissionnaire pénalise d’entrée de jeu l’aluminium, plus cher à l’achat que l’acier. Pourtant, sur le cycle de vie d’une infrastructure, c’est l’aluminium qui est moins cher du fait qu’il nécessite moins d’entretien et qu’en fin de vie, le prix de revente de l’aluminium est plus élevé que celui de l’acier. Dans une étude de 2010, Deloitte en avait déjà fait la démonstration en comparant deux structures types en acier et en aluminium et en s’appuyant sur des données de MAADI Group et d’une étude précédente sur les coûts d’entretien d’une passerelle en acier. « Le coût à l’achat est un peu plus cher, mais quand on regarde les coûts d’entretien, de maintenance, de peinture, de sablage de l’acier qu’on doit faire tous les vingt-cinq ans par rapport à l’aluminium qui dure soixante-quinze ans minimum, autant en matière d’empreinte environnementale que de coût total de possession, l’aluminium sort pratiquement toujours gagnant », confirme François Racine, président de la grappe industrielle AluQuébec, qui ajoute qu’un répertoire des passerelles en aluminium conçues ou fabriquées au Québec est disponible.

Pont à déploiement rapide pour des usages militaires ou des urgences civiles. – Photo : MAADI Group

Dans une étude publiée en juin 2020, MAADI Group a fait la comparaison des coûts d’entretien de deux passerelles en acier et en aluminium, toutes deux en bordure du fleuve Saint-Laurent. À Longueuil, la passerelle Marigot a été construite en acier en 1988 et elle a subi pour 814 000 dollars d’entretien. À Verdun, la passerelle de la marina en aluminium ne date que de 2002, mais après dix-neuf ans de service, elle ne montre aucun signe d’usure et n’a nécessité aucun travail d’entretien. C’est donc le coût total de possession (CTP), et non uniquement le coût d’acquisition, qui devrait guider l’octroi des contrats. Cela constituait déjà une mesure de la première version de la SQDA. Cette mesure devait amener le gouvernement à revoir les procédures d’appels d’offres en considérant le CTP. « Il n’y a pas eu d’amélioration de ce côté-là depuis 2016 », constate Alexandre de la Chevrotière. Le CTP est l’un des chevaux de bataille d’AluQuébec, qui finalise une autre étude démontrant les avantages économiques de l’aluminium. « On veut se servir de ces outils pour sensibiliser les donneurs d’ordre et faire changer la règle du plus bas soumissionnaire qui est un frein à l’innovation », confie François Racine.

Cette règle est aussi un frein à l’application des principes du développement durable, car s’il est un matériau qui dure longtemps, c’est bien l’aluminium, mais la vision court-termiste de la règle du plus bas soumissionnaire n’a pas encore intégré ce volet du développement durable.


Articles récents

Circulariser les résidus de la construction

Circulariser les résidus de la construction

Les résidus de construction, rénovation, démolition (CRD) sont la deuxième matière la plus éliminée derrière les matières organiques. Il y a donc place à améliorer le recyclage des résidus de CRD.


Lire la suite
Place aux graminées

Place aux graminées

Connaissez-vous le panic érigé et le miscanthus géant ? Snizhana Olishevska a présenté les recherches et le potentiel de ces plantes au Québec pour les transformer en matériaux de construction.


Lire la suite
Espèces feuillues et lamellé-collé

Espèces feuillues et lamellé-collé

L’utilisation d’une nouvelle matière première pour la fabrication de bois lamellé-collé représente tout un défi.


Lire la suite
Magazine FORMES
6 numéros pour seulement 29,95 $

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte